Productions
     ACCUEIL LES PERIPHERIQUES VOUS PARLENT RECHERCHER
         
Numéro 32
Sommaire (numéro papier de 80 pages)

Bon de commande papier

POUR UN ACHAT DE L’ETRANGER, FOR A PURCHASE OF FOREIGN COUNTRIES cliquer ici

Imprimer


Lire l’édito en ligne

Lire la présentation en ligne

RESUMES DES ARTICLES :

Vers l’Agro-Écologie
entretien avec Marc Dufumier
Dans un cadre où domine l’agriculture intensive, les agricultures paysannes,
biodynamiques ou encore vivrières incarnent des “niches” de qualité locales, mais
qui ne seraient pas en mesure de répondre aux besoins mondiaux alimentaires
préemptés par des modes de production bien souvent écocides. Fort de dizaines
d’années de recherche et d’investigation sur le terrain, Marc Dufumier soutient, au
contraire, que l’agriculture à l’échelle mondiale peut et doit se convertir à la
biodynamie et préserver la diversité culturale, en soutenant qu’il est possible de
produire écologique d’une façon intensive pour une suffisance alimentaire mondiale.

Marc Dufumier est professeur d’agriculture comparée et de
développement agricole à l’AgroParisTech (Institut des sciences
et industries du vivant et de l’environnement), auteur entre
autres de Agricultures africaines et marché mondial (fondation
Gabriel Péri) et Agricultures et paysanneries des Tiers mondes (éditions
Karthala). Des ouvrages collectifs sont également édités
sous sa direction : Mutations de l’agriculture en Asie du Sud-Est
(n° 162 de la Revue Tiers Monde) et Un agronome dans son siècle :
Actualités de René Dumont (éditions Karthala).

Alimentation, contamination
chimique, espérance de vie :
la fin des illusions ?

entretien avec Claude Aubert
À la lumière de plusieurs décennies de recherches sur l’agriculture biologique à
l’échelle planétaire, Claude Aubert aborde ici les deux grands thèmes connexes de
la santé et de l’environnement. L’émergence de nouvelles pathologies relatives à
une alimentation chimique et polluante met à mal l’idée généralement admise des
progrès de l’espérance de vie humaine à l’échelle mondiale.

Claude Aubert est spécialiste de l’agriculture biologique,
ancien secrétaire de Nature & Progrès, co-fondateur de Terre
vivante
, auteur entre autres de Espérance de vie, la fin des illusions
(Terre vivante, 2006), Une autre assiette (Le Courrier du
Livre, 2009).

Gaz de serre et effets méconnus
entretien avec Jean-Luc Ménard
Pour le grand public, le CO2 (dioxyde de carbone) symbolise à lui seul la cause du
réchauffement climatique. Or, la complexité des phénomènes climatologiques
relève essentiellement de la présence d’un nombre considérable d’autres gaz à
effets de serre pour la plupart méconnus, voire inaperçus. L’auteur nous les
détaille ici avec de nombreuses données chiffrées à l’appui pour les amateurs.
Ces gaz sont pour certains naturels (mais redevables comme le méthane, en
partie, de la fonte des glaces). D’autres sont des composés synthétisés par la
production industrielle. Tous se combinent pour doper la spirale du réchauffement,
dont l’inversion impliquerait autre chose que des mesures qui reviennent à jouer
aux billes sur le pont du Titanic.

Jean-Luc Ménard est écologue et “expert profane”, auteur
d’une série d’articles parus dans la revue, dont “Un Autre
Grenelle de l’environnement, diagnostic planétaire”, instigateur
de ce numéro.

Dialogues sur les jardins
entretien avec Gilles Clément
Les jardins paysagers ou les paysages jardinés conçus par Gilles Clément ouvrent
aujourd’hui une réflexion sur l’un des actes fondateurs de l’humanité : cultiver.
Et si le jardinage redevenait au XXIe siècle un mode cultural majeur face à une
agriculture intensive, dont la violence des méthodes signe le déclin ?

Gilles Clément, jardinier et botaniste, est à
l’initiative de plusieurs types de jardins d’un
nouveau type. Il est l’auteur, entre autres,
de Éloge des vagabondes - herbes, arbres et
fleurs à la conquête du monde
(Nil éditions),
Nuages (éditions Bayard), Le jardin en mouvement
(Sens & Tonka).

Les annelés de la terre
entretien avec Marcel Bouché
Les vers de terre représentent la principale biomasse sur la planète. Leur rôle est
bien mal connu et souvent très mal perçu par la plupart d’entre nous, compte
tenu de l’aspect repoussant de cet étonnant animal plein d’innocuité. Spécialiste
des vers de terre, Marcel Bouché est aussi à l’origine de la conception d’une
lombri-déchetterie dans l’Hérault qui traite de l’élimination organique et non
polluante des déchets ménagers.

Marcel Bouché est ancien directeur du laboratoire de zooécologie
de Montpellier, auteur, entre autres, d’Antiscience et environnement
(éditions l’Harmattan), Lombriciens de France / Écologie et
Systématique
(Institut national de la recherche agronomique) et
en préparation Des vers de terre et des hommes (éditions Fayard).

Nanotechnologies :
entre promesses et périls

entretien avec Francelyne Marano
La fulgurance avec laquelle les nanotechnologies se sont développées ces
dernières années a différé la mise en place des législations et des dispositifs de
diagnostics et d’évaluations toxicologiques des milliers de produits disponibles
sur le marché. Comme avec l’amiante, les OGM ou encore la téléphonie mobile,
l’innovation industrielle a précédé toute forme de contrôle visant à vérifier la
nocuité ou l’innocuité de composants lâchés dans la nature. Au-delà du pour ou
contre les nanotechnologies, les enjeux aujourd’hui concernent la maîtrise sociale
des ingéniosités technologiques aux effets sanitaires encore peu connus.

Francelyne Marano est biologiste toxicologue,
directrice du laboratoire de cytophysiologie
et de toxicologie à l’Université Paris VII.

Mettre l’écologie au centre
de nos cultures

entretien avec Jean-Claude Lacaze
Pour la culture judéo-chrétienne l’écologie est accessoire. Elle doit et vite prendre
la place centrale qui lui revient. L’auteur revient ici sur les fondements qui président
à cette indifférence native de la religion chrétienne vis-à-vis du monde du périssable,
laquelle, selon lui, procède d’une mésinterprétation de certains textes sacrés.

Jean-Claude Lacaze est océanographe, biologiste, maître de
conférences émérite au Muséum national d’Histoire naturelle et
se consacre aujourd’hui à la protection des espèces menacées. Ses
recherches sur les effets de la pollution marine ont été menées au
Muséum, à l’Institut Océanographique de Paris et dans plusieurs
laboratoires maritimes. Il est l’auteur d’une centaine de publications
scientifiques et des livres La dégradation de l’environnement
côtier
, (Masson, 1993), La pollution des mers (Flammarion,
1996), Le christianisme face à la crise écologique mondiale
(L’Harmattan, 2009).

Virologie et épidémiologie -
enjeux contemporains

entretien avec Didier Raoult
Les épidémies, telles le Chikungunya, sont autant de phénomènes corrélant
changements climatiques et menaces virales d’un nouveau type, notamment dans
l’hémisphère nord. Au-delà de ce constat, Didier Raoult pose ici les bases à la fois
pratiques et épistémologiques d’une démarche pour une détection efficiente des
maladies infectieuses. Ceci l’amène à préciser notamment les critères d’un
principe de vigilance, se distinguant du principe de précaution.

Didier Raoult est directeur de l’unité des Rickerssies à l’hôpital
de La Timone à Marseille. Spécialiste des maladies infectieuses,
Grand Prix de l’Inserm 2010. Auteur de plus d’un millier de
publications dans les revues scientifiques internationales et des
ouvrages Les nouvelles maladies infectieuses (Que sais-je ?) et de
Les nouveaux risques infectieux (éditions Lignes de repères).

Écologie,
écologisme et environique

entretien avec Marcel Bouché
Dans cet entretien, Marcel Bouché tente de démêler les malentendus qui
recouvrent la notion même d’écologie, tant au plan de l’opinion que de la
recherche. En effet, la définition scientifique originaire aurait été occultée par ce
qu’il appelle, non l’écologie politique, laquelle selon lui n’a pas lieu d’être, mais
l’écologisme, c’est-à-dire la sensibilité des citoyens aux problèmes
environnementaux.